Sans nul doute, devenir vigneron c’est faire le choix d’un métier de passionné. Amour de la terre, de la vigne et du travail bien exécuté sont les quelques recettes pour fabriquer du bon vin. Et pourtant, il s’agit d’un métier difficile, technique aux problématiques extrêmement variées.

Tout au long de l’année, le vigneron travaille au bien-être sa vigne pour en récolter les meilleurs fruits. En plus d’être un métier de passionné, être vigneron implique une multitude de tâches et travaux connexes à effectuer.

Cet article vous propose une vue d’ensemble sur le métier de vigneron et de ses différents travaux.

Un métier de passionné … et de rencontre

Un vin d’exception, c’est avant tout le plaisir des sens, particulièrement celui des papilles avec le goût et les arômes du produit final. C’est en quelque sorte une rencontre entre le travail méticuleux d’un vigneron et des amateurs éclairés de vin. Le vin est le reflet de l’amour et du travail du vigneron. Autrement dit, il a pour vocation de faire connaître et de représenter un terroir, son terroir, qu’il aura à magnifier au cours d’une année de travail. Le vin est le lieu et le moyen d’expression du vigneron.

Par ailleurs, il est un accompagnateur de la vigne dans ses plus beaux et plus mauvais moments. En effet, les conditions climatiques n’épargnent pas toujours le vigneron dans ses intentions de célébrer sa vigne. Il compose au gré des caprices climatiques de la nature. Ce qui fait que ce métier implique des ajustements constants pour faire faire à de nombreuses problématiques pouvant différer du tout au tout d’une année sur l’autre.

Le travail de la vigne marie ensemble l’amour d’un métier et la mise en lumière d’un terroir. En d’autres termes, c’est le

point de rencontre entre deux éléments de la nature : la terre et l’homme, la vigne et son sympathique homme de peine.

Mais cette passion n’est possible que par le biais des différents travaux du métier tout au long de l’année.

Les travaux en hiver

La taille des pieds de vigne est le principal travail en hiver, et ce, dès que les premières gelées font leur apparition dans les vignobles. Un pied dénué de feuilles est synonyme « d’endormissement » de la plante, c’est une phase de repos végétatif pour la plante qui va pouvoir préparer les montées de sève qui interviendront au printemps suivant..

La taille de la vigne est une étape qui dure 4 mois. À la fin du mois de mars, la taille doit être intégralement achevée pour ne pas interférer avec la reprise de croissance printanière de la vigne.

Par ailleurs, elle est une étape primordiale et elle est réalisée par des personnes compétentes en la matière. Autrement dit, la saison débute par un travail de taille avant d’enrichir les sols en y pulvérisant par exemple des engrais organiques selon une préparation Maria Thun (Maria Thun étant une célèbre agricultrice allemande ayant développé les concepts d’agriculture biodynamique).

Les travaux à l’automne

L’automne est la période de l’année des préparations pour travailler la vigne et le sol. La préparation 500 est un composé bio-dynamique élaborée à base de cornes de vache que l’on garnit de bouse de vache fraîche. Pour ce qui est de la préparation 501, elle est pulvérisée après la vendange afin de faciliter la croissance de la sève dans le pied de vigne. Mais également pour en favoriser la floraison.

Du compost est également déversé dans les vignes, plus précisément sur les pieds de vigne les plus vulnérables.

En ce qui concerne la préparation Maria Thun, elle est pulvérisée juste après l’étape précédente, celle du compost. Cette pulvérisation accélère la décomposition des matières organiques provenant du compost. En effet, la préparation Maria Thun permet au sol de se nourrir de la décomposition de ces matières organiques.

Closeup on bunch of grapes being picked from row

Les travaux au printemps et en été

Au début du printemps, la vigne s’éveille de sa pause hivernale. La sève monte dans le pied et dans les sarments de la vigne.

Le vigneron peut ainsi s’employer à butter la vigne. Cette étape consiste à construire une butte sous le cep de vigne pour en maintenir l’espace entre deux pieds de vigne.

Vers le mois de mai, il convient d’enrouler les sarments pour en préserver les Apex. Ce dernier est l’extrémité de la plante et il est le révélateur de la croissance de la plante. Sa disparition au mois de juillet marque la fin de la pousse des feuilles et le début de la floraison du raisin.

Le printemps est également synonyme de plantation. Au préalable, les jeunes plants, du moins leurs racines, sont imbibés dans une préparation 500 et de l’argile pour faciliter son enracinement. Il est à noter que lors de la plantation de la vigne, il est possible de jumeler certains cépages comme par exemple de la Grenache avec un plant de Syrah.

Autres possibilités de travaux

Selon les propriétés, les méthodes de travail et les endroits de culture, l’on peut retrouver d’autres travaux comme l’effeuillage, le levage, l’épamprage, les vendanges en vert, etc. Ils sont d’une certaine manière des travaux d’entretien de la vigne.

L’effeuillage est l’étape qui consiste à retirer les feuilles devant les grappes de raisin. Ce travail permet d’accélérer la croissance du raisin. L’effeuillage est généralement effectué au moins de juillet.

Le levage est une opération qui repose sur le serrage des branches de vignes entre 2 fils pour la faire pousser droites. Ainsi la luminosité accède aux grappes de raisin.

L’épamprage consiste à retirer les pampres du pied et du cœur de la vigne. Elle permet de faciliter la maturation du raisin. Cette étape est effectuée au printemps.

Les vendanges en vert reposent sur la découpe du surplus des raisins pour en alléger les branches et accroître sa maturité.