Bordeaux est connu mondialement pour ses grands crus d’exception, c’est le premier rang en France pour la production de vins d’AOC. Le vignoble bordelais est un petit monde en soi, avec près de huit siècles d’expérience et de succès dans les cultures viticoles.

Au XIIIe siècle, l’Aquitaine se rattache à l’Angleterre, et une grande quantité de vin est livrée par Bordeaux aux Anglais. Quand l’Aquitaine redevient française le négoce de vin se poursuit avec l’Angleterre, mais aussi avec l’Europe du nord : Allemagne, Pays bas…

Au XVIIIe siècle, les grands crus propres à la région Bordelaise commencent à faire leur apparition. Des vins rouges de très haute qualité sont produits dans le Médoc, et des vins blancs dans le Sauternais.

À la fin du XIXe, le vignoble bordelais moderne commence à s’affirmer, la carte viticole de la région de Bordeaux commencent à se dessiner et les appellations se composent en fonction des différents terroirs. Un syndicat des viticulteurs de Saint-Émilion est créé dès 1884.

Actuellement le vignoble bordelais peut se définir de la manière suivante :

  • Les vins d’appellation Bordeaux ou Bordeaux Supérieurs peuvent être produits sur l’ensemble du département de la Gironde.
  • Une trentaine de zones délimitées à l’intérieur de cette zone bénéficient d’appellations spécifiques soit pour les vins blancs (Entre-Deux-Mers, Sauternes…), soit pour les vins rouges (Pomerol, Saint-Estèphe…), soit pour les deux (Côte de Bourg, Graves…).
  • Il existe trois grands classements pour des châteaux de prestige, celui de 1855 pour le Haut Médoc et le Sauternes ainsi que ceux de 1953 et 1959 pour les Graves et de 1955 pour Saint-Émilion.

Le Médoc

Certains grands vins du Médoc sont considérés comme les meilleurs du Monde. Cela résulte d’un terroir exceptionnel, avec un type de sol de graves et d’un climat qui favorise la maturation du raisin, et évidemment du savoir-faire ancestral des vignerons dans cette région.

On distingue plusieurs appellations à l’intérieur du Médoc géographique :

  • Le Haut-Médoc, dans la partie centrale et méridionale, à l’intérieur de laquelle sont aussi délimité six appellations communales : Margaux, Pauillac, Saint-Estèphe, Saint-Julien, Moulis et Margaux.
  • Puis les vins d’appellation « Médoc » produits dans la partie septentrionale du Médoc.

Saint-Estèphe

Ce sont des vins finement bouquetés, souples, plus « féminins » que leurs voisins de Pauillac, car ils ont un sol moins caillouteux, et ils viennent en tête des communes du Médoc au niveau de la production de vin en termes de volume.

Les crus classés d’appellation Saint- Estèphe :

  • Deuxièmes Crus : Clos d’Estournel, Montrose.
  • Troisième Cru : Calon-Ségur.
  • Quatrième Cru : Lafont-Rochet.
  • Cinquième Cru : Cos-Labory.

Pauillac

Cette appellation est génératrice du plus grand nombre de crus classés en Médoc : il n’y il en a pas moins de dix-huit sur cette commune.

Les crus classés d’appellation Pauillac :

  • Premiers crus : Lafite-Rothschild, Mouton-Rothschild, Latour.
  • Deuxièmes crus : Pichon-Longueville-Baron, Pichon-Longueville-Comtesse De Lalande.
  • Quatrièmes crus : Duhart-Million- Rothschild.
  • Cinquièmes crus : Batailley, Pontet-Canet, Clerc-Million, Haut-Bataillet, Grand-Puy-Lacoste, Clerc-Million, Grand-Puy-Ducasse, Lynch-Bages, Mouton-Baronne-Philippe, Lynch-Moussas, Croizet-Bages, Pedesclaux.

Saint-Julien

Saint-Julien est une appellation qui produit des vins raffinés, savamment équilibrés, entre la vigueur de ceux de Pauillac, l’élégance de ceux de Margaux, et confère à son arôme un bouquet de fruits rouges subtil.

Les crus classés d’appellation Saint-Julien :

  • Deuxièmes crus : Léoville-Barton, Léoville-Las-Cases, Léoville-Poyferré, Ducrus-Beaucaillou, Gruaud-Larose.
  • Troisièmes crus : Lagrange, Langoa-Barton.
  • Quatrièmes crus : Beychevelle, Saint-Pierre, Branaire-Ducru, Talbot

Margaux

L’appellation Margaux ne dénombre pas moins de vingt et un crus classés, de par son sol, qui constitue la couche de grave la plus profonde du Médoc, son climat, ses vignes anciennes, ses cépages qui vont puiser au plus profond de la terre, l’eau et les oligo- éléments nécessaires à la maturation du raisin, tout est réuni dans ce terroir pour produire des vins de qualité exceptionnelle, et pratiquement unique au monde.

Les crus classés d’appellation Margaux :

  • Premier cru : Margaux.
  • Deuxièmes crus : Brane-Cantenac, Lascombes, Durfort-Vivens, Rauzan-Gassies, Rauzan-Ségla.
  • Troisièmes crus : Giscours, Ferrière, Cantenac-Brown, Boyd-Cantenac, Desmirail, Issan, Kirwan, Palmer, Marquis d’Alesme-Becker, Malescot-Saint-Exupéry.
  • Quatrièmes crus : Prieuré-Lichine, Marquis de Terme, Pouget.
  • Cinquièmes crus : Dauzac, Tertre.

Moulis

Il n’y a pas de crus classés dans l’aire de cette appellation, mais son sol où se mélangent argile et calcaire donne des vins d’une extrême délicatesse. Le château Chasse Spleen en est le fer-de-lance.

Listrac

Les sols sont plus sablonneux que ceux des graves, puisque Listrac est aux abords de la forêt Landaise. Cependant ce terroir donne une note fruitée et riche en nuance à la dégustation des vins provenant de cette aire géographique.

Les Graves

Les Graves tirent leur nom de sols composés de graviers comparables à ceux du Médoc. Ils s’étendent de Bordeaux à Langon, sur la rive gauche de la Garonne, en contournant le Sauternais. C’est une appellation comprenant les vins rouges tout comme les vins blancs. La plus reconnue pour les rouges est le « Pessac Léognan », qui rivalise avec les plus grands Médoc, et Saint-Émilion de la région.

Saint-Émilion

Les vins du Médoc, sont sans conteste les plus réputés du vignoble bordelais au niveau mondial, mais dans le Libournais, et particulièrement autour de Saint-Emilion réside aussi un terroir unique qui offre des nectars parmi plus subtils, et des noms de châteaux mythiques à faire pâlir les plus grands producteurs de vins rouges de l’hexagone : Ausone, Cheval-Blanc, La Gaffelière…

Et évidemment, non loin, dans ce même terroir, sous l’appellation « Pomerol » l’un des vins les plus chers du monde : le Château Petrus.